Burkina : la Banque africaine de développement co-préside la revue annuelle du cadre sectoriel de dialogue « environnement, eau et assainissement »

11 mois environ 88

PUB | Pour accroître votre Productivité, utilisez l'IA Générative " NViNiO • Creator AI™ " en cliquant : ici ❤️


Le ministère de l’Environnement, de l’Eau et de l’Assainissement du Burkina Faso a tenu la revue annuelle 2023 du cadre sectoriel de dialogue « environnement, eau et assainissement », le 27 février 2023 à Ouagadougou. Cette revue était présidée par le ministre de l’Environnement, de l’Eau et de l’Assainissement, M. Augustin Kaboré qui avait à ses côtés ses collègues de l’Urbanisme et de l’Habitat et vice-président du Cadre, M. Mikhaïlou Sidibé, de l’Agriculture, M. Salifou Ouédraogo et le ministre délégué aux Ressources animales, M. Amadou Dicko. Les partenaires techniques et financiers du secteur étaient représentés par leur chef de file, M. Daniel Ndoye, responsable pays de la Banque africaine de développement au Burkina Faso.

La revue a été consacrée à l’appréciation des performances enregistrées en 2022 dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’action sectoriel de la transition, et à l’adoption du Plan d’action pour la stabilisation et le développement du secteur « environnement, eau et assainissement » de la période 2023-2025.

À l’ouverture de la session, M. Daniel Ndoye a souligné que « sur huit indicateurs d’actions qui ont été évalués, il ressort que trois ont atteint leur cible, soit un taux de 37,5 % ». Il a indiqué que ces performances en‑dessous de la moyenne ne doivent pas occulter les efforts des acteurs du secteur, qui travaillent sans relâche pour le bien-être des populations.

M. Augustin Kaboré a relevé pour sa part, que « le pays connaît, en dépit du terrorisme, des mutations politiques et institutionnelles survenues au cours de l’année écoulée, le secteur a fait preuve de résilience et engrangé d’importants acquis ». Il a exprimé sa gratitude aux partenaires techniques et financiers pour leurs appuis constants, en dépit du contexte sécuritaire et de la crise humanitaire sous-jacente.

À la fin des travaux, les recommandations adoptées devraient contribuer à l’amélioration des performances du secteur.

Dans cette perspective, la Banque africaine de développement contribuera, en étroite coordination avec les autres partenaires techniques et financiers, à relever les principaux défis de ce secteur. Il s’agit notamment d’améliorer le dialogue sectoriel, de renforcer le cadre stratégique et règlementaire, d’améliorer le cadre institutionnel et technique. 

La Banque africaine de développement assure également, depuis le début de l’année 2023, la 2e vice-présidence de la troïka. Celle-ci a pour objectif de coordonner et refléter la position des partenaires techniques, dans le but de faciliter le dialogue entre le gouvernement et ses partenaires, et de contribuer à une mise en œuvre optimale de la stratégie nationale de développement.

En tant que 2e vice-président de la troïka et chef de file des partenaires techniques et financiers du secteur « environnement, eau et assainissement », le Groupe de la Banque africaine de développement réitère son engagement ferme aux côtés du gouvernement du Burkina Faso, qu’il accompagne tant au niveau stratégique qu’opérationnel.

A la fin du mois de février 2023, le portefeuille actif de la Banque africaine de développement au Burkina Faso s’élevait à 845 millions d’euros, soit plus de 550 milliards de FCFA.

Lire tout...

© 2024 | Actualités africaines & Moteur de recherche. NViNiO GROUP

_