CAN : le Cameroun sur le pied de guerre face au Covid

4 mois environ 173

Vente de maillots de l’équipe de football du Cameroun à Yaoundé, le 5 janvier 2022 © DANIEL BELOUMOU OLOMO/AFP

Le coup d’envoi de la compétition phare du continent est donné ce dimanche. Les autorités camerounaises assurent tout mettre en œuvre pour faire respecter le protocole sanitaire et éviter l’apparition de foyers épidémiques.

Dans d’autres circonstances, la rumeur serait sans doute passée inaperçue. Mais cette fois, il a fallu moins de 24 heures au ministre de la Santé, Manaouda Malachie, pour démentir la découverte en France d’un nouveau variant du coronavirus sur un patient ayant séjourné au Cameroun. « Cette information est une synthèse de données scientifiques non validées », a-t-il rapidement clarifié dans une communication abondamment relayée à travers le pays. Pour le gouvernement, il est hors de question que le Covid-19 vienne gâcher la fête du football africain qui débute ce dimanche 9 janvier.

Cette question de la gestion du risque Covid a été au cœur du dernier conseil des ministres, le 30 décembre, à l’issue duquel une nouvelle batterie de mesures visant à empêcher la propagation du virus a été adoptée. Après la décision de la Confédération africaine de football (CAF) de n’autoriser l’accès aux stades qu’aux personnes vaccinées, les autorités sanitaires ont aussi multiplié les points de vaccination dans les différentes villes du pays.

Nouveaux sites de vaccination

Dans la capitale, Yaoundé, l’on compte désormais 66 sites contre à peine une dizaine il y a encore un mois. Et dans le reste du pays, pas moins de 144 nouveaux points ont été ouverts pour vacciner en masse les supporteurs, dont la présence est autorisée dans les tribunes à hauteur de 60 % pour la plupart des matchs, et 80 % pour ceux disputés par le Cameroun.

Que faut-il faire pour assister à un match de la CAN TotalEnergies Cameroun 2021 ?

1. D’abord se faire vacciner ;
2. Ensuite se faire tester à 48h du match si c’est avec la RT-PCR ou 24h si c’est avec un TDR ;
3. Détenir sa Carte d’Identité Nationale ou son Passeport. pic.twitter.com/WdvYajWx4y

— Dr MANAOUDA MALACHIE (@DrManaouda) January 4, 2022

Des jauges qui pourraient bien ne jamais être atteintes, tant les vaccino-sceptiques continuent de faire la résistance. « Je vais regarder les matchs à la télévision, affirme Thierry K., un riverain du stade Olembe, où se déroulera le match d’ouverture. J’ai décidé que je ne me vaccinerai pas et je ne le ferai pas pour le football. »

Depuis que les billets sont en vente, les gens viennent par dizaines se faire vacciner

Selon les dernières statistiques du ministère de la Santé, seuls 2,5 % des 25 millions de Camerounais se sont fait vacciner. Selon le gouvernement, ce chiffre augmente à l’approche du coup d’envoi de la compétition. « Nous passions des jours sans avoir la moindre personne, assure Mpongo Sidonie, responsable d’un centre gouvernemental de vaccination. Mais depuis que les billets sont en vente, les gens viennent par dizaines. » Pour autant, en ce début de mois de janvier, le spectre d’une CAN aux stades quasi vides n’est pas écarté.

Aubameyang et Lemina à l’isolement

Les différentes équipes engagées dans la compétition vont également devoir respecter un protocole sanitaire strict. « Nous testons déjà les joueurs toutes les 48 à 72 heures », confie une source au sein de l’encadrement de la sélection du Cameroun, actuellement en stage de préparation. Comme pour le public, la CAF a recommandé que les joueurs soient vaccinés et disposent chacun de test négatif avant chaque rencontre, et c’est exactement ce à quoi nous nous en tenons. »

Ces précautions suffiront-elles ? Plusieurs cas de contamination de joueurs ont déjà été enregistrés. Les footballeurs stars gabonais Pierre-Emerick Aubameyang et Mario Lemina ont ainsi dû être placés à l’isolement alors qu’ils venaient de fouler le sol camerounais. « Les équipes vont devoir composer avec le Covid qui fait désormais partie des aléas à prendre en compte, explique l’entraîneur François Ngoumou. Il est devenu difficile pour nous de réfléchir aux compositions probables des équipes tant elles sont influencées par la pandémie. »

Telle une épée de Damoclès, le Covid va planer sur la compétition phare du football en Afrique. Reste à savoir s’il peut menacer son bon déroulement.

Lire tout...