L’Algérie et l’Italie devraient consolider leur partenariat dans le domaine de l’énergie

1 semaine environ 10

(Agence Ecofin) - Sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre Mario Draghi, l’Italie avait signé plusieurs accords énergétiques avec l’Algérie. L’actuelle dirigeante, Giorgia Meloni, s’inscrit dans une logique de continuité de ces initiatives.

La Première ministre de l’Italie Giorgia Meloni effectue depuis le dimanche 22 janvier, une visite de deux jours en Algérie. Une rencontre au cours de laquelle les questions énergétiques, notamment gazières, seront au cœur des échanges entre autorités italienne et algérienne.

En effet, l’Italie subit une crise énergétique sans précédent depuis le début de la guerre en Ukraine alors que le pays européen, comme la plupart des États du vieux continent, entend s’affranchir des livraisons de gaz russe dont il dépend en grande partie.

Dans cette optique, il a engagé en 2022, une politique de diversification de ses sources d’approvisionnement énergétique. Cette stratégie a conduit le pays à conclure des partenariats dans le secteur de l’énergie avec plusieurs pays africains, dont deux avec l’Algérie.

Giorgia Meloni devrait, à cet effet, rencontrer le président algérien Abdelmadjid Tebboune en présence de Claudio Descalzi, le patron du géant énergétique italien Eni. De potentiels nouveaux deals énergétiques pourraient être officialisés à l’issue de ces échanges.

Dans une interview qu’il a accordée récemment, Abdelkrim Touahria, l’ambassadeur d’Algérie à Rome a déclaré : « Nous voulons que l’Italie devienne une plaque tournante européenne pour le gaz algérien ».

Abdel-Latif Boureima

Lire aussi :

28/10/2022 - Sonatrach attribue deux marchés d’ingénierie à des compagnies italiennes pour soutenir sa politique gazière

22/09/2022 - L’Algérie prévoit d’accroitre ses livraisons de gaz à l’Italie

Lire tout...