Le président américain Joe Biden, soutient le plan de la Banque africaine de développement pour nourrir l’Afrique

1 mois environ 34

Les États-Unis ont annoncé leur soutien à l’initiative de la Banque africaine de développement visant à accroître de manière significative la production alimentaire en Afrique pour éviter la crise alimentaire imminente causée par la guerre entre la Russie et l’Ukraine.

La Facilité africaine de production alimentaire d’urgence d’un montant de 1,5 milliard de dollars, approuvée par le conseil d’administration du Groupe de la Banque en mai, permettra de fournir à 20 millions de petits exploitants agricoles des semences climatorésistantes certifiées de blé, de maïs, de soja et d’autres cultures de base, ainsi que des engrais plus abordables et des services de vulgarisation. Cela permettra à l’Afrique de produire rapidement au cours des quatre prochaines saisons agricoles 38 millions de tonnes de denrées alimentaires supplémentaires d’une valeur de 12 milliards de dollars.

Lors d’un sommet des dirigeants du G7 qui s’est tenu mardi, le président américain Joseph Biden et les autres dirigeants du G7 ont annoncé une contribution de 4,5 milliards de dollars pour faire face à la problématique de la sécurité alimentaire mondiale, dont 50 % seront pris en charge par les États-Unis. L’administration Biden a annoncé qu’elle investirait 760 millions de dollars de sa contribution pour lutter contre les effets de la hausse des prix des denrées alimentaires, des carburants et des engrais provoquée par la guerre, dans les pays qui en ont le plus besoin.

Les États-Unis soutiendront également le Programme de financement des risques de catastrophes en Afrique de la Banque africaine de développement, qui aide les gouvernements africains à répondre à l’insécurité alimentaire aiguë causée par des phénomènes météorologiques extrêmes comme la sécheresse, en améliorant leur accès aux produits d’assurance contre les risques de sécheresse ou d’inondation. La Banque africaine de développement a lancé ce programme en 2018 pour accroître la résilience des pays aux chocs climatiques, et opère dans près d'une douzaine de pays africains.

Le président de la Banque africaine de développement, Dr Akinwumi Adesina a déclaré : « Je me réjouis de l’annonce et des contributions importantes faites par le président Joe Biden et les autres dirigeants du G7 pour soutenir concrètement le travail de la Banque africaine de développement et répondre à la problématique de la sécurité alimentaire mondiale. »

« La réponse multidimensionnelle du gouvernement américain aux défis mondiaux en matière de sécurité alimentaire, qui comprend un soutien à certains des programmes innovants de la Banque africaine de développement donnera un formidable élan à nos efforts et à ceux d’autres institutions qui travaillent d’arrache-pied pour soutenir les pays africains en cette période particulièrement difficile. Nous nous réjouissons vivement et de tout cœur du soutien apporté par les États-Unis et les autres pays membres du G7 », a-t-il ajouté.

Au mois de mai, les États-Unis avaient présidé une réunion ministérielle intitulée Appel à l’action pour la sécurité alimentaire mondiale au cours de laquelle a été lancée la Feuille de route pour la sécurité alimentaire mondiale. Quatre-vingt-quatorze pays ont approuvé cette feuille de route, qui affirme l’engagement d’agir de toute urgence, à grande échelle et de concert pour répondre aux besoins urgents en matière de sécurité alimentaire et de nutrition de millions de personnes en situation vulnérable dans le monde.

M. Adesina, qui était l’un des principaux intervenants lors de cette réunion, y avait annoncé que la Banque africaine de développement fournirait, sur ses propres ressources, 1,3 milliard de dollars à la Facilité africaine de production alimentaire d’urgence sur les 1,5 milliard de dollars nécessaires au financement du programme.

L’Afrique dépend fortement des exportations de céréales en provenance de Russie et d’Ukraine. En raison de la guerre, le continent est confronté à une pénurie d’au moins 30 millions de tonnes de denrées alimentaires, notamment de blé, de maïs et de soja importés de ces deux pays.

Cependant, le programme africain de production alimentaire d’urgence de la Banque permettra de produire un total de 38 millions de tonnes de denrées alimentaires. Cela comprendra 11 millions de tonnes de blé, 18 millions de tonnes de maïs, 6 millions de tonnes de riz et 2,5 millions de tonnes de soja. La Facilité s’appuiera sur le succès remarquable de la plateforme de la Banque Technologies pour la transformation de l’agriculture africaine (TAAT, de son acronyme anglais). Lancé en 2019, TAAT a fourni des variétés de semences de blé résistantes à la chaleur à 1,8 million d'agriculteurs dans sept pays. Il a également augmenté la production de blé de 2,7 millions de tonnes, représentant une valeur de 840 millions de dollars.

La Banque africaine de développement fournira des engrais plus abordables aux petits exploitants agricoles au cours des quatre prochaines saisons agricoles, en usant de son influence fédératrice auprès des grands fabricants d’engrais, en offrant des garanties de prêt, des mécanismes innovants de subvention destinés aux agriculteurs adoptant les technologies numériques, ainsi que d’autres instruments financiers. La Facilité œuvrera également avec les gouvernements africains à réformer leurs politiques pour créer un environnement d’investissement et d’affaires plus favorable sur toute la chaîne de valeur alimentaire du continent.

Le président Biden a également annoncé que le gouvernement américain s’engageait à consacrer 2,76 milliards de dollars supplémentaires à la protection des populations les plus vulnérables du monde et à l’atténuation des effets de la guerre en Ukraine sur l’insécurité alimentaire et la malnutrition croissantes. Ces nouveaux investissements appuieront les efforts déployés dans plus de 47 pays et organisations régionales et renforceront les plans régionaux visant à répondre aux besoins croissants.

Lire tout...